Indépendance

Le 4 juillet marque la célébration de l’Indépendance Américaine.
Comme il s’agit d’un jour férié, ça permet au citoyen américain de se détendre et s’amuser.
C’est ce qu’ont fait une poignée de jeunes motards, vétérans de la 2nde Guerre Mondiale à Hollister, Californie en 1947, en fichant une belle pagaille au milieu d’une manifestation de l’American Motorcycle Association, organe régulateur de randonneurs motocyclistes bon teint. Les fouteurs de merde à 3000 tours/minute ont été qualifiés ce jour-là, par les autorités et les médias en mal de sensations, de hors-la-loi représentant seulement une minorité, “1%”, des motards. Ce jour-là est né le biker, le motard cathartique et libre d’esprit. Sublimé par Marlon Brando et Lee Marvin puis par Dennis Hopper et Peter Fonda.
Le 4 juillet 1954, toujours férié, temps libre pour des musiciens prolétaires qui travaillent la semaine, voit un camionneur au nom bizarre d’Elvis faire le zouave avec d’autres paysans rencontrés brièvement entre deux jours de labeur. Ce moment expiatoire donne un 45 tours (aussi 78 tours) considéré comme une pierre angulaire du rock’n’roll. Et le camionneur de devenir le “King”.
Le jour de l’Indépendance aura donné lieu à deux incarnations de la contre-culture, pétaradantes, cathartiques qui résonnent toujours.